Sols, mur et électricité (nov 2010)

Le 02/11/10

Bon voila, ça fait très longtemps que nous n'avons pas donné de nouvelles. Alors je vais essayer de ne rien oublier.

Alors que nous avions déjà montés des murets dans le salon en prévision de la pose du plancher, nous nous sommes aperçu après un gros orage que notre salon était inondé, 6 à 7 cm d'eau un peu partout. Pourtant, le toit est terminé.

Donc, je m'assoies et je pleure toutes les larmes de mon petit corps d'apprenti rénovateur. Pourquoi cette eau? d'ou vient elle? Que faire?

Je me suis rendu compte de ce problème un samedi après-midi. Donc pas possible d'appeler des professionnels pour prendre conseil. Mais je me dis qu'il y aura une solution. Donc je continue à poser mon plancher à l'étage et en profite également pour agrandir l'ouverture de la fenêtre que mon cher charpentier de mer..e avait trop réduit.

 

 

 

 

 

 

 

 

Et voila pour ce plancher.

Dès mon retour à la maison, je me mets à chercher une solution pour notre salon. Je suis seul et désespéré, ma chère et tendre étant au travail. Et dans ce genre de situation, Google est ton ami. J'ai passé un temps fou sur la toile pour essayer de voir si d'autres personne avaient eu ce genre de problème mais j'ai fini par y trouvé une solution. Cela consiste à créer un hérisson au dessus d'un sol drainé et ventilé. Ensuite il faudrait y couler une dalle en béton de chaux. Tout cela permettrait dans un 1er temps d'évacuer l'eau de la pièce et ensuite, avec la chaux, de gérer l'humidité résiduelle.

Dès le lundi suivant, j'appelle un bureau d'étude des sols pour confirmer (ou infirmer) cette solution. Et heureusement, cette solution est viable, il apparait même que c'est la seule possible.

Donc, les murets dans le salon ne sont plus utiles. Ils sont même gênants. Il faut donc les casser. J'ai essayé avec mon petit perforateur burineur, mais ça a été aussi efficace que d'essayer de vider un océan avec une paille!

Direction donc, le loueur de matériel, pour récupérer un ùmarteau piqueur digne de ce nom. Et voila la bête:

 

 

 

 

 

 

 

NB : Audrey, femme très courageuse et pleine d'énergie, a juste posé pour la photo, la bête l'aurait mangé toute crue sinon!!!!

Donc après quelques heures de cassage intensif (il faut faire vite, la bête se loue à la journée), il faut évacuer les gravats. Et ces gravats, c'est du béton armé sur lequel les parpaings sont scellés. C'est donc lourd, mais lourd!

Mais on a pas le choix, il faut les sortir.

 

 

Voila donc une très bonne chose de faite.

Il faut donc maintenat mette en place le drainage. Il se compose de drains agricol (gros tuyeaux perforés) que l'on pose dans des tranchées (qu'il faut creuser) et que l'on entoure de géotextile (pour ne pas que la terre obstrue les trous).

Nous creusons donc 5 tranchées, avec une bonne pente. 4 parallèles au mur sous l'évier en pierre et une à la perpendiculaire qui recueillera les eaux pour les évacuer de la maison.

 

 

 

 

 

 

 

Une fois les drains en place, il faut recouvrir toute la terre battu avec de grosses pierres. Et des pierres, on en a. Donc, une par une, pendant deux jours, je vais remettre dans la maison tout les cailloux qu'on a évacué depuis le début des travaux. Audrey travaillant pendant ce temps, elle ne me donnera un coup de main qu'après coup.

Les cailloux

Le hérisson

 

 

 

 

 

 

 

 

Voila la première étape.

Passons à la suivante: Elle consiste à remblayer ce hérisson avec des tuilles cassées pour combler tout ça et arriver à mettre ce sol à peu près de niveau.

Et pour casser les tuiles, que nous possédons en quantité quasi infini dans le jardin ( ce sont les tuiles de l'ancienne toiture), le moyen le plus simple et économique est de les casser avec un marteau. C'est pas bien dur, ça casse presque tout seul, mais on a un volume de 12m3 à remplir.

Voici le tas de munitions

 

Il faut casser ces tuiles en tout petits bouts, afin qu'ils se calent bien. Donc on casse, on casse, on casse....

Et voila que devinez qui arrive pour nous donner de précieux conseils. D'après Jack, ça ira plus vite si on les cassent avec une masse. Je lui répond qu'il a peu être raison, mais manier une masse toute la journée, c'est chaud.

De retour vers 14h, voilà Jack qui nous rejoint avec .... sa masse. Et il se met à casser des tuiles.

Mais ça ne durera pas bien longtemps, moins d'1h après, le voila qui se met assis près de nous et prend un marteau. J'ai essayé de le taquiner un peu, mais il n'avouera jamais que j'avais raison. Je ne me souviens même pas de son excuse pour avoir laché sa masse.

Au milieu de l'après midi, alors que nous cassions encore et toujours des tuiles, voici qu'arrive un homme sur notre chantier. Il se nomme Peter et c'est l'ami de notre voisine. On discute quelques minutes et il repart. Mais pas pour longtemps. Juste le temps d'aller chercher une paire de gant dans la maison d'en face, et le revoici qui s'assoit à coté de nous pour casser des tuiles. Pour une surprise, c'en est une.

A 4, on va bien assez vite. On rempli notre salon de tuile petit à petit, mais on fini par en voir le bout.

 

 

 

 

 

 

 

Voila, il nous aura fallu près de 3 jours de cassage de tuiles pour y arriver, mais on en est fier.

 

 

Maintenant que cela est fait, on peut passer à l'étape suivante.

On va tirer les lignes pour l'électricité du RDC. Il nous faudra 3 jours pour le faire, avec la mise en place du géotextile sur les gravats et le remblai de l'entrée.

J'ai mes schémas bien en tête, je les ai tellement travaillés que je n'ai même plus besoin de les avoir sous les yeux, je les connais par coeur.

On commence par la cuisine

 

Puis la salle de bain:

 

 

 

Et on fini par le salon

 

Voila pour le moment.

La suite au prochain épisode...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site